1/2018

Diversité culturelle et intégration «The Swiss Way»

Chers lecteurs, chères lectrices,

L’Association suisse des cadres a été fondée à Zurich en 1893, sous l’appellation «Société suisse des contremaîtres», avec pour objectif de promouvoir cette profession. 125 ans plus tard, l’association s’engage toujours en faveur de la mission et de la responsabilité des cadres, le rapprochement des intérêts des entreprises et des collaborateurs, ainsi que le soutien des membres de l’ASC dans leur avancement professionnel. Dans ce contexte, la «diversité» et l’«intégration» sont omniprésents. La plaquette commémorative du 100e anniversaire annonce qu’une plus grande mobilité est attendue de la part des cadres et que la profusion des équipes multiculturelles exige «d’en assumer la coordination tout en veillant à leur bon fonctionnement et leur efficience». Apprécier la diversité culturelle est l’une des qualités du leadership «The Swiss Way». Elle contribue à la cohésion sociale. Parmi ses composantes, on retrouve le «dialogue mutuel», la volonté de recherche d’un large soutien lors de la prise de décisions importantes, un bon équilibre en termes de responsabilités et un esprit ouvert à la nouveauté.

De nombreuses entreprises suisses ont été fondées par des personnes issues de l’immigration. Aujourd’hui encore, la compétitivité est tributaire des travailleurs étrangers. Sans son degré élevé de métissage culturel, les succès de la Suisse seraient moindres. Pourtant, des réticences s’élèvent quant à l’éventualité de voir d’importantes valeurs suisses se perdre en raison de la proportion toujours plus importante de cadres étrangers et de la profusion d’entreprises internationales, au sein desquelles il est de mise de communiquer en anglais. Vivre la diversité, autrement dit promouvoir l’appartenance et valoriser la singularité, exige un travail d’intégration. Si les managers expatriés et surmenés ne s’intéressent pas aux particularités et à la sensibilité des Suisses; si la mise en œuvre de programmes de rationalisation repose uniquement sur la vision globale d’un groupe, alors la culture suisse est menacée. La coexistence est le maître-mot: une attitude positive vis-à-vis de la diversité, le respect mutuel, ainsi qu'une gestion de la diversité basée sur un système de valeurs porté par tous, assorti de droits et obligations applicables à toutes les parties concernées.

Jürg Eggenberger, Directeur ASC

  • Jürg Eggenberger
  • Text

Cet article pourrait également vous intéresser