3/2018

L’humain avant tout

Chers lecteurs, chères lectrices,

Les jeunes collaborateurs ont soif de responsabilités, de hiérarchies horizontales et de reconnaissance. Ils s’attendent à des horaires de travail si possible souples, leur offrant beaucoup de liberté, d’autonomie et de responsabilité personnelle. Il en résulte une forte motivation, une grande productivité et beaucoup d’innovation. La culture du travail doit, en outre, favoriser l’individualité, l’indépendance et la responsabilité personnelle.

Les jeunes leaders exigent le même environnement pour leur activité. Parallèlement, ils sont invités à le créer. Comme ils sont concernés au premier chef, ils devraient connaître (identifier) et satisfaire plus facilement les besoins. Les équipes réunissant généralement des collaborateurs de tous âges, le leadership doit également permettre de faire le lien entre des exigences et des habitudes différentes.

La culture d’entreprise encourage les jeunes leaders, si elle leur apporte le soutien nécessaire, autorise la flexibilité souhaitée, se fonde sur des valeurs et des objectifs, permet d’expérimenter et admet l’échec; si elle donne l’exemple de la confiance et de la transparence et si la prise de décision est décentralisée.

Tous les modèles et évolutions possibles seront voués à l’échec, si la priorité n’est pas accordée aux collaborateurs (facteur humain).

Dans cette édition de «Leader», nous éclairons différentes thématiques en relation avec le jeune Leadership. Je vous souhaite une lecture agréable et instructive.

Thomas Weibel, Président de l’ASC

Tags: Leadership, Personnalité, Tendances, Culture d’entreprise, WorkLifeBalance

Cet article pourrait également vous intéresser