3/2018

«Leadership à 360°»

Etude de tendances Topjob 2018.

Près de la moitié des entreprises dans l’espace germanophone n’a pas encore d’approche moderne du leadership. Un tiers s’est consacré à la conduite inspirante ou partagée. Et seuls 22% des entreprises misent sur une combinaison de ces deux facettes de la conduite moderne: l’habilitation des collaborateurs grâce à des tâches de conduite réparties, organisées sous forme de rôles ou de projets, et un modèle de conduite fondé sur une conduite explicative, porteuse de sens et donc motivante.

La combinaison des deux facettes modernes de la conduite s’avère payante selon l’étude Top-Job de l’Université de Saint-Gall. Car les avantages d’une structure de conduite adaptée à la dynamique du monde numérisé ne se déduisent pas uniquement des indicateurs de la production. Parallèlement, il est utile d’étudier les conséquences de la conduite sur la motivation, l’esprit d’entreprise et l’énergie des collaborateurs. Le leadership a des conséquences significatives et mesurables sur ces deux domaines.

Dans le cadre d’une enquête menée auprès d’environ 20 000 collaborateurs et cadres de près de 90 entreprises majoritairement situées en Bavière, Bade-Wurtemberg et Rhénanie du Nord-Westphalie, l’étude a montré que les deux nouvelles facettes de la conduite avaient chacune des effets positifs sur la réussite de l’entreprise, l’innovation et l’atmosphère dans l’entreprise, mais que la combinaison des deux générait des résultats encore bien meilleurs.

Ainsi, la productivité des collaborateurs progresse de 7% en cas de conduite inspirante et de 11% en cas de conduite partagée, par rapport au modèle de conduite autoritaire traditionnel. Ce dernier ou une conduite basée sur le laissez-faire freinent l’innovation dans une entreprise de 5%, respectivement de 17%, alors que la conduite inspirante l’accroît de 14%.

Les différences sont les plus flagrantes en ce qui concerne l’esprit d’entreprise du personnel: la créativité des collaborateurs dans les entreprises ayant une conduite inspirante élevée est ainsi jusqu’à 33% supérieure à celle des entreprises ayant une conduite peu inspirante. L’engagement progresse également d’au plus 20% et la résignation et l’épuisement diminuent fortement.

Dans un modèle à deux dimensions, l’étude montre qu’une conduite avec un faible partage et une faible inspiration («leadership à 0°») a tendance à freiner le développement d’une entreprise. En revanche, le «leadership à 360°», autrement dit la combinaison d’une conduite partagée et inspirante, que 22% des entreprises ont déjà réalisée, se traduit par la plus forte augmentation des performances de l’entreprise.

Le chemin qui y mène constitue cependant un défi et l’étude recommande de commencer par mettre en place la conduite inspirante, puis la conduite partagée. Les auteurs, à savoir le professeur Heike Bruch, Jessica Färber et Christina Block, ont par ailleurs décrypté six mythes de la conduite moderne. Par exemple qu’une conduite partagée rend inutile la conduite inspirante, que la conduite moderne se concrétise d’un clic, que les styles de conduite facilitent automatiquement la vie des cadres, que la conduite partagée est la clé de tout, que tous l’apprécieraient ou qu’elle combinerait toutes les tâches de conduite préférées.

Leadership du futur – entre inspiration et responsabilisation

Etude de tendances Topjob, Éditeur: zeag GmbH, Zentrum für Arbeitgeberattraktivität, Turmstr. 12, 78467 Konstanz, Disponible gratuitement sur topjob.de

Tags: Leadership, Tendances, Culture d’entreprise

Cet article pourrait également vous intéresser